Ecrire un livre: de l’idée à l’objet (Le français vu du ciel, 2e épisode)

Ceci vous est certainement arrivé

Une idée: moment de clairvoyance, une étincelle dans votre tête, un instant d’euphorie qui vous donne le vertige et puis…la chute: faire un beau livre de cartes mentales sur la langue française oui, mais comment?

On retourne sur terre, attention à l’atterrissage: dans quoi est-ce que je me suis encore embarquée? Suis-je vraiment à la hauteur de mon idée? Par où commencer? 
Après la bonne idée, les contraintes et les doutes nous assomment.
Je me trompe ou cela vous est déjà arrivé?

Quelques solutions

Si vous envisagez d’écrire un livre, de vous lancer dans un petit ou dans un grand projet, je vous propose de lire les quelques conseils qui suivent:

Se donner un objectif à la fois

C’est bien connu, si la montagne est trop haute, on a mal aux jambes avant de commencer à grimper. En revanche définir un objectif à sa portée, un objectif stimulant mais pas angoissant, cela permet d’avancer rapidement et avec joie. Une fois atteint, on n’attend plus qu’une chose: se fixer un deuxième objectif. C’est comme si on y était…
La montagne semble déjà plus petite et le temps de le dire, on sera arrivé au sommet.

Se reconnaitre

Écrire un livre, réaliser un projet, cela implique des collaborations.
Il est indispensable de trouver des gens qui croient en votre projet et qui sont prêts à vous soutenir, à vous guider, sans dénaturer votre idée.
N’essayez pas de faire rentrer vos idées dans des cases, entourez-vous de gens qui comprennent sans que vous ayez à vous justifier, et si nécessaire, patientez (un tout petit peu) que le monde soit prêt à vous écouter.

Bénéficier de regards extérieurs

Quand on est en plein travail de création, les regards extérieurs sont indispensables. Si vous recevez des critiques, dites-vous bien ceci: c’est une grande opportunité! Même si là, tout de suite, vous vous sentez déprimé…

Pour ma part j’ai benéficié des regards que voici:

  • le regard de l’éditeur qui prend du recul, accompagne sans s’imposer, en posant des questions clés et stimulantes,
  • le regard de la famille et des amis qui se demandent pourquoi vous ne les appelez plus mais qui vous font confiance parce qu’ils savent que vous leur préparez une bonne surprise,
  • le regard du public: les personnes qui enseignent ou apprennent le français apportent des critiques constructives et vous donnent un aperçu de la cohérence du projet,
  • le regard d’experts qui ont des connaissances bien spécifiques et pointues et qui sont capables de détecter des choses que vous ne pouvez ni voir ni entendre.

Jouer au jeu de l’échéance

Fixer des échéances à court, moyen et long terme est très important.
Quand l’éditeur annonce les dates, on se dit « Ça ne tiendra jamais. ». Lui, il sait que ça va être difficile, mais pas impossible pour autant.
Dites-vous que c’est un défi:« Tu n’y arriveras pas. » / « Si, je vais y arriver. », car de cette manière vous engagez votre parole et cela vous aide à avancer. On est content de soi quand on tient ses engagements.
Attention toutefois, sur la fin tout se bouscule et la crise de nerfs n’est pas loin. Ne jetez pas votre projet par la fenêtre. Respirez ou allez vous coucher.

Persévérance et endurance

Consacrez des journées entières à votre projet sans que personne ne vienne vous interrompre. Laissez attendre vos mails (tout en restant poli). Et surtout, faites du sport, bougez, dansez! Cela décrispe l’esprit et les mains douloureuses.

Mais tous ces conseils seraient vains sans un autre élément: la méthode

Pour réaliser ce livre je me suis inspirée d’une méthode permettant de créer toutes sortes de présentations.

  • Première étape: se mettre à la place du public pour imaginer le livre, ses contenus, son histoire.
  • Deuxième étape: mettre à plat toutes ses idées, qu’elles nous semblent bonnes ou moins bonnes. Pour cela il est préférable de travailler au mur, cela permet de prendre du recul et c’est ludique.
  • Troisième étape: trouver le fil de l’histoire, structurer les idées.

mur plan

  • Quatrième étape: développer les contenus et peaufiner le scénario. Pour cela, rien de tel qu’une carte faite avec un logiciel. Celle-ci contient plus de 50 cartes interconnectées.

Captura de pantalla 2015-11-24 a las 17.48.33

  • Cinquième étape: naviguer dans le scénario, le réajuster si besoin et se lancer dans le dessin de prototypes.

mur post-it 1

  • Sixième étape: les experts interviennent pour vérifier la cohérence et la justesse du travail (ça fait peur, mais on s’y fait. Je le répète, leur regard est indispensable).
  • Septième étape: mise en forme des brouillons définitifs et relecture.
  • Huitième étape: Mise en forme des cartes mentales illustrées, encrage (c’est la période où l’on travaille très tôt et très tard).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Là, en théorie, on peut souffler

Les experts prennent le relais en examinant le travail et l’imprimeur s’occupe de transformer les cartes mentales illustrées en livre.

Évidemment c’est sans compter les imprévus, les erreurs passées inaperçues, les problèmes techniques. On devient paranoïaque, on ne voit plus rien, mais on sait que la délivrance est proche.
Seul remède: la patience, et le sport…!

Et puis voilà

LefrancaisvuducielUn jour, le facteur passe, un colis est arrivé. On l’ouvre, on regarde, on touche, on respire le papier. On feuillette le livre, on le pose sur l’étagère, et puis on réalise que l’idée est devenue objet.
Tout y est.
Le projet auquel on a travaillé pendant des mois est complètement sorti de notre tête, il ne nous appartient plus.
Il fait sa vie et qui sait, partage peut-être déjà la vôtre.

Car cette idée est devenue livre.
Un livre pensé pour vous.

 

Marion Charreau

 

Publicités

6 réflexions sur “Ecrire un livre: de l’idée à l’objet (Le français vu du ciel, 2e épisode)

  1. Bravo, bravo, bravo et merci pour tous ces partages! J’ai commandé le livre, mais sitôt reçu et absolument conquise je l’ai offert. Ne reste plus qu’à en commander un second pour prendre le temps de voyager dans ces belles pages 🙂

    1. Merci la FLEiste!
      Effectivement, on me demande très souvent comment j’ai fait pour réaliser le livre, et je trouve le cheminement aussi intéressant que le résultat.
      Je souhaite que le récit de cette expérience résonne comme une invitation à se lancer dans de nouveaux projets d’édition.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s