Voyages en français : en long en large et en travers

Voyages en français, c’est une certaine vision de l’apprentissage, une idée du voyage et plein d’activités pour apprendre ! Voyages en français, c’est un site à découvrir et à parcourir dans le sens que vous voulez.

La première fois c’est un peu déroutant à cause de notre habitude bien ancrée du sommaire.
Mais quand on y pense progresse-t-on plutôt :
comme ceci ?                                     comme cela ?                           ou encore comme ça ?
apprendre-schema            apprendre-schema-1           apprendre-schema-2

Chacun son parcours, chacun son apprentissage car bien sûr nous sommes tous différents.

C’est l’idée défendue par les concepteurs du site. On apprend avec ce qu’on est, avec notre histoire, nos goûts, nos expériences. Et surtout, c’est en faisant qu’on apprend ou « el camino se hace al andar » version FLE. Il y a aussi une belle place pour les rencontres et le dialogue interculturel.

J’ai réalisé une synthèse visuelle du site pour vous donner une vue d’ensemble de tout ce qu’on peut y trouver, vous donner envie de l’explorer et de participer.
Je l’ai réalisée grâce aux généreuses explications d’Alix Creuzé qui a bien voulu répondre à mes questions. Vous pouvez nous lire un peu plus bas.voyages-en-francais4

Voyages en français, qu’est-ce que c’est? Qu’est-ce qu’on y trouve ?

C’est une invitation au voyage, en Aquitaine, en France, ou ailleurs ! Vivre ailleurs, partir ailleurs,  c’est s’engager dans une expérience riche et étrange, parfois douloureuse, parfois inquiétante…
Cela peut être apprendre une langue, découvrir un territoire mais aussi rencontrer, être curieux des autres, être ouvert à la surprise et à l’inattendu.
C’est enfin arriver avec son bagage, partager son histoire, essayer d’être compris, sous la « lampe étrangère » (Proust) comme le disait Michel Eimer dans sa présentation de notre livret Visions de l’autre.
Tous ces projets sont nés du même terreau !

« Voyages en français » tente d’approcher ces dimensions au travers d’activités, de témoignages à écouter et comprendre : un espace où pratiquer le français, découvrir une région, développer une réflexion interculturelle, répondre à des questions pratiques.

Le site s’adresse plus particulièrement à des apprenants de français de niveau fin A2, B1, B2 du Cadre européen.

On trouve 4 rubriques principales :

ITINERAIRE, un cheminement géographique en Aquitaine. itineraire

Les « enquêtes » virtuelles, nous emmènent dans un lieu, une ville, à travers une mission et des énigmes à résoudre.
Nous croisons des gens du pays dans la rubrique  « rencontres » : ils témoignent de leur expérience, parlent de leur profession ou de leur lieu de vie.
On partage aussi des moments de la vie quotidienne : de courtes activités mettant en scène des situations de vie auxquelles chaque personne peut être confrontée dans un pays étranger.

MIROIRS, un cheminement au cœur de plusieurs langues-culture.miroirs

Vivre une expérience de voyage ou d’expatriation c’est se « frotter » à la culture de l’autre, s’interroger, confronter de points de vue, se comprendre ou non, se mélanger ou non …

Cette rubrique est à la fois un espace de réflexion sur l’approche interculturelle, de dialogue,  mais aussi un journal plurilingue auquel des français, italiens, allemands, anglais ont participé et qui invite à la participation de tous, quelle que soit leur nationalité ou leur langue maternelle.

PRATIQUE, s’installer dans un nouveau payspratique

C’est devoir répondre à des questions concrètes : comment louer un appartement, où se soigner, quels loisirs pratiquer, etc. Cette rubrique donne des informations pratiques – en français – et propose à chacun d’y contribuer et de l’alimenter. A la fin de chaque dossier, un quiz est proposé pour voir si les informations ont été bien comprises.

JEUNES NOMADES, quand on voyage, on le fait parfois (souvent !) en famillejeunes

Lorsque l’on se lance dans l’apprentissage d’une langue à l’école, on a souvent besoin d’être accompagné par ses parents. Les jeunes apprenants de français trouvent ici un espace d’échange interculturel, de pratique de la langue (niveaux A1-A2) en suivant Violette et Lucas, les deux protagonistes principaux. L’originalité de la rubrique vient du fait que les contenus sont en grande partie conçus par de jeunes francophones, entre 8 et 12 ans. Les participants sont amenés à concevoir des projets autour des thématiques abordées : le jeu de sept familles du monde, le catalogue des porte-bonheur du monde, la boîte à consignes.

Parallèlement, on peut emprunter beaucoup de chemins de traverse :

Les portraits, les cartes postales, le glossaire, l’espace pédagogique, etc. De quoi faire un « voyage buissonnier », ou un parcours personnalisé.

Qui a conçu le site ? A qui s’adresse-t-il ? Qui s’en sert ?

Je l’ai imaginé au départ – suite à une demande de la Région Aquitaine – comme un espace de rencontre entre deux jeunes femmes d’aujourd’hui, l’une de Castille (Blanca), l’autre d’Aquitaine (Aliénor). Ces deux personnages devaient se rencontrer et nous guider en français,  d’une région vers l’autre. Les itinéraires, les miroirs, la rubrique pratique, les espaces plurilingues sont restés mais les deux personnages du départ ont disparu.

Le site avait pour objectif d’accompagner en français des espagnols venant s’installer en France, plus particulièrement en Aquitaine. C’était en 2005.

Une demande à vrai dire hors du commun, qui a demandé une réflexion originale et a donné un résultat atypique dans le domaine du FLE. En effet, on ne pouvait se limiter à exploiter des documents et à proposer des activités de compréhension. Sans prononcer le mot, l’enjeu  était celui de la tâche, apprendre pour agir, dans un environnement précis. L’idée était de se plonger dans un bain de français, contextualisé, diversifié, donnant l’envie de perfectionner la langue et la culture. Il fallait que l’utilisateur puisse choisir son parcours, aller vers ses intérêts à son gré, opérer des choix.

Le site a connu un franc succès et la Région nous a proposé de l’ouvrir aux anglophones, germanophones et italophones.

Nous avons alors étoffé  l’ équipe de professeurs concepteurs à l’Institut Français de Madrid puis nous sommes ouverts à des organismes partenaires, Instituts Français de Brême et de Milan, Open University, et, maintenant, les Instituts français du Royaume-Uni, de Roumanie et de Grèce qui nous ont rejoints pour participer à certains projets ponctuels autour du site (voir la liste des personnes au bas de l’entretien).

Comment les professeurs l’utilisent-ils ? Et les apprenants ?

Si le site avait été prévu au départ pour une utilisation en autonomie par des utilisateurs de niveau B1, il a été très vite investi par les enseignants et nous avons donc ouvert un espace pédagogique avec des fiches librement accessibles.
Nous constatons une utilisation dans les classes, à travers des projets à court ou à moyen-terme. Certains professeurs envoient également leurs étudiants sur le site pour travailler depuis chez eux. Les activités peuvent servir d’introduction ou de  conclusion à un travail sur un thème précis.

  • Deux collègues et moi sommes allés visiter des classes à l’Institut Français d’Athénes en avril 2013 et avons été très surpris de constater que le site était utilisé dans les classes, en particulier la rubrique « Jeunes Nomades ». Comme les élèves n’envoyaient pas leurs productions et leurs commentaires sur le site, nous n’avions pas connaissance de leur travail. Mais cela ne les empêchait pas de pratiquer le français de façon active, créative et joyeuse. Cela a été une jolie surprise.
  • D’autres utilisateurs accèdent au site de façon autonome. La recherche d’un emploi est en ce moment l’une des rubriques les plus visitées, même si les participants sont rétifs à envoyer des messages et des commentaires. Ils sont preneurs d’informations mais ne souhaitent pas pas forcément apporter leur pierre à l’édifice.

Qu’est-ce qui fait la particularité de ce site / ce support d’apprentissage ?

C’est un parcours atypique, sans fléchage, qui fait le choix de l’autonomie du visiteur : chacun doit trouver son propre chemin en fonction de ses besoins, parfois aussi des hasards de la navigation. Le site s’adresse à une personne « complète » qui n’est pas qu’un « apprenant », mais aussi un professionnel, un parent, un touriste parfois, un étudiant, un artiste, se rendant dans un pays pour des vacances ou pour un séjour à plus long terme. Il arrive aussi avec son bagage, ses expériences, ses a priori et ses centres d’intérêt.

Pour quoi a-t-il été conçu ? Quel est son objectif ?

Il a été conçu dans l’objectif d’offrir un accueil en français, contextualisé, à des personnes qui auraient pour projet de venir en France, pour un voyage à court ou moyen terme ou pour une installation.

Pourquoi quelles raisons l’utiliser ?

  • Pour se « mettre dans la peau » du voyageur qui reçoit et qui donne au cours de son voyage, de l’« Arlequin qui tisse son manteau » …
  • Pour tous les professeurs qui ont participé au projet, c’est enfin, et surtout, une aventure humaine que nous avons envie de partager.

« Vous ne cessez de coudre et tisser votre propre manteau d’arlequin, aussi nué ou bariolé, mais plus libre et souple que la carte de vos gènes »
Michel Serres, Philosophe.

Pour moi enfin, le mot qui,  « exprime » le site, le résume, aussi bien ce que vous pouvez voir en ligne que l’aventure insolite qui a permis de le réaliser et de le faire vivre, c’est le MOUVEMENT

Les professeurs concepteurs qui ont participé à Voyages en français :

A l’Institut Français de Madrid :

Alix Creuzé (chef de projet et coordinatrice), Patrick Carle, Sarah Dosch, Noémi Mourer; Chistine Josserand, Audrey Gloanec, Violaine Froc, Sandra Mennard, Brigitte Falga, Audrey Marcouiller, Déborah Gros, Jérôme Bouterin, Marian Ridoin

A l’Open University :

Tita Beaven, Anna Beaven, Paula Rice, Bill Wilder, Van Toan Nguyen

A l’Institut Français de Brême :

Françoise Crochot, Béatrice Praetorius. Emmanuelle Serveau, Béatrice Paindépice, Emilie Thiew

A l’Institut Français de Milan :

Jérôme Rambert, Yann Jubier, Alain Boissier

A l’Université de Gênes :

Laure Bianchini, Sergio Poli, Micaela Rosi

A Bordeaux :

Frédéric Brayard et Yann Jubier (Sefdilam)
Sandrine Daguerre, Université de Bordeaux III

Ici et ailleurs :

Marc Oddou, Moddou FLE
Daniela Mariucuta, Institut français de Roumanie

Enfin,  les classes de CM1 du lycée de Madrid pour les vidéos d’Enfants Nomades, avec l’aide de Jacques Houdouin, le directeur du primaire et vidéaste averti !

Marion Charreau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s