4 ateliers gratuits pour découvrir la carte et ses usages en Fle

À l’initiative de la maison d’édition Grupo SM, 4 ateliers auront lieu très prochainement en Espagne pour découvrir la carte heuristique et ses usages en Fle.

Les ateliers sont gratuits!

Si vous souhaitez y participer, veuillez contacter Stéphanie Sochas à cette adresse: stephanie.sochas@grupo-sm.com

Voici le détail des lieux et horaires:espana

OVIEDO
29 avril à 17h30
Adresse: Colegio Dulce nombre de Jesús
C/ Pérez de la Sala nº31

LA CORUÑA
30 avril à 17h30
Adresse: Alliance Française
Rúa real nº26

ZARAGOZA
4 mai à 18H
Adresse: CEIP
C/Buen pastor nº4

VALENCIA
5 mai à 18h
Adresse: Institut français
C/ Moro Zeit nº6

Chaque intervention dure 1h30/2h

Voici le descriptif de l’atelier:

Enseigner le Fle avec la carte heuristique:

Utilisé dans le contexte du FLE, cet outil permet au professeur de structurer ses idées tout en étant créatif, de capter l’attention de ses élèves, de faciliter la compréhension des concepts et d’encourager les échanges. Autre avantage non négligeable : il peut optimiser son temps.

L’utilisation de la carte heuristique favorise le questionnement et l’appétit d’apprendre. L’apprenant est situé au cœur de son apprentissage, il est amené à construire ses savoirs. L’outil étant adapté à toutes les préférences, il est respectueux du fonctionnement naturel de l’humain et compatible avec tous les profils pédagogiques.

Lors de cet atelier, vous découvrirez l’outil au travers d’expériences courtes et pratiques et vous réaliserez plusieurs cartes heuristiques (seul et en groupe).

Vous apprendrez à prendre des notes avec une carte. Vous verrez comment « accéder à nos propres mots » de manière créative et ludique, comment organiser et structurer ses idées tout en disposant d’une vision globale. Enfin, vous utiliserez la carte heuristique pour mémoriser beaucoup d’informations efficacement et avec plaisir.

Vous seront également présentés des exemples de cartes heuristiques réalisées par des professeurs et leurs élèves en cours de FLE.

Venez nombreux!

Formation au Mind Mapping pour les professeurs de langues

La prochaine formation Organiser ses idées pour enseigner et apprendre une langue avec le Mind mapping aura lieu les 11 et 12 mars prochains, à Barcelone.

Nous nous retrouverons dans un espace charmant: le Centre Cívic Can Deu à Barcelone (13 plaça de la Concòrdia métro Les Corts, métro Ligne 3 verte).

centrecc3adviccandeu_blocginaaran

Pour participer il suffit de me contacter en remplissant le formulaire ci-dessous:

Voici les objectifs de la formation:

Le 11 mars (9h30-18h30): niveau 1
Tarif : 150 euros TTC

Découvrir et utiliser le mind mapping pour travailler toutes les compétences

  • Savoir prendre des notes avec une carte.
  • Favoriser/encourager l’expression orale et écrite de l’apprenant en lui permettant de reformuler l’information à sa manière et de construire ses propres phrases.
  • Développer sa créativité et celle des apprenants.
  • Enrichir son vocabulaire et partager ses connaissances en construisant les savoirs en groupe
  • Organiser et structurer le vocabulaire de manière en personnalisant ses supports de cours.
  • Améliorer la compréhension de l’oral en développant l’attention et la concentration des apprenants.
  • Motiver les apprenants en s’appuyant sur leur curiosité et développer l’esprit de recherche.
  • Mémoriser facilement des informations et pour longtemps.
  • Comprendre un document écrit et préparer une synthèse
  • Gagner en confiance à l’oral et s’exprimer clairement pendant un exposé.
  • Utiliser un logiciel de Mind mapping pour organiser ses ressources, capitaliser ses expériences et gagner du temps.

Le 12 mars (9h30-14h): niveau 2 version courte, les objectifs sont maintenus mais nous ferons moins d’activités.
Tarif : 75 euros TTC

Mettre en place des stratégies créatives pour enseigner et apprendre une langue

Utiliser des techniques créatives et des outils de l’entreprise (du facilitateur/du consultant) comme leviers d’apprentissage, et développer les compétences des apprenants pour les aider à trouver des solutions dans leur quotidien.
  • Animer et mettre en scène un débat en classe
  • Mobiliser des stratégies d’apprentissage et des techniques créatives d’aide à la décision pour résoudre un problème et trouver des solutions
  • Faciliter le travail collaboratif en classe.
  • Savoir motiver (apprendre à /) sa classe :
    -Faire le bilan de la formation
    -Responsabiliser les apprenants pour préparer la reprise de ses cours.
Développer ses compétences de professeur-accompagnateur en découvrant son mode de communication préférentiel, et utiliser son langage visuel pour clarifier ses idées.
  • Identifier son profil de formateur pour mieux communiquer en classe et auprès de ses collègues en s’adaptant à tous les profils. Formuler des consignes claires et trouver les arguments adéquats pour convaincre.
  • Augmenter l’impact visuel de ses cartes grâce à des astuces simples et efficaces.
  • Dessiner des pictogrammes dans ses cartes et au tableau pour communiquer ses idées visuellement.

 

Venez nombreux!

formation-carte-heuristique-marion-charreau

 

Avoir une vraie conversation

Lundi 15 décembre 2014:
« Je suis contente que tu ne m’aies pas demandé ce que j’allais faire pendant mes vacances. »


Cette phrase c’est Clara, 20 ans, qui l’a prononcée lors de notre dernier cours avant les fêtes. Je l’ai notée sur un bout de papier en me disant « tiens, voilà un sujet pour mon blog ». Puis je l’ai mise de côté en pensant que c’était un peu provocateur tout de même.

Mais ce matin, j’ai reçu le programme d’une formation destinée aux professeurs de Fle et j’ai trouvé qu’il manquait d’originalité. D’un seul coup, la phrase de Clara est revenue.
Sa spontanéité et sa clarté résonnent encore, donc elle mérite d’être partagée.

Clara que veux-tu dire au juste?

Comme la plupart des professeurs, j’ai utilisé les moments forts du calendrier pour enseigner le français. Parler de noël quand c’est noël a priori ça a du sens mais est-ce que cela correspond aux besoins de l’autre, qu’est-ce que je veux transmettre ou quelles questions je veux poser en proposant ce sujet?

Avouons que c’est aussi très pratique, voire même obligatoire: décembre c’est avant tout les fêtes!
J’avais d’ailleurs publié une carte sur ce sujet l’année dernière: http://territoiresdeslangues.com/2013/12/19/incontournables-fetes-de-fin-dannee/

Or si on se met à la place de l’élève, peut-être que tout ça a aussi un côté ennuyeux.
Les fêtes, les vacances, on en parle tous les ans et pas seulement en cours de français.
« Felices fiestas », « Merry Christmas and happy new year », « Buon Natale e felice anno nuovo », « Frohe Feiertage ».
Et puis aussi partout autour: les émissions en parlent, les publicités en parlent, la rue en parle, (et la famille!).

Alors Clara me répond: « Je veux dire que je suis contente d’avoir eu une vraie conversation. Le sujet m’intéresse et est utile pour moi. Je parle français et en même temps j’apprends de nouvelles choses.
En bref: nous communiquons.

conversation3

Alors qu’est-ce qu’avoir une vraie conversation?

C’est échanger des points de vues.
C’est soutenir, développer, confronter ses idées.
C’est illustrer sa pensée par des exemples réels ou vécus.
C’est exprimer ses sentiments et ses doutes.

Avoir une vraie conversation c’est aussi apporter un problème et essayer de le résoudre ensemble.
C’est clore un échange en ayant la sensation et la satisfaction d’avoir appris quelque chose. C’est se sentir différent une fois la conversation terminée.

Avoir une vraie conversation c’est aussi prendre des risques, explorer de nouveaux territoires, s’aventurer dans sa zone d’inconfort, trouver les mots exacts et les graver dans sa mémoire. C’est faire travailler deux cerveaux ensemble, et se retenir de ne pas couper la parole même si on a très envie d’ajouter quelque chose.

Avoir une vraie conversation c’est sortir de l’autoroute et redécouvrir les virages, apprécier les digressions sur le bas-côté. Et s’autoriser parfois à perdre le fil…

Pourquoi je te raconte ça déjà? (…) Ah oui c’est vrai!

Vous qui enseignez ou qui apprenez une langue…

…en cette époque de fêtes et de renouveau, je vous souhaite de très belles conversations, originales, passionnantes et constructives.

 

 

Marion Charreau

territoires des langues

Le maté : apprendre et goûter

la foto-7Au départ c’est une proposition de mes élèves.

Du maté, ils connaissent la calebasse et ils ont aperçu des gens en boire dans les rues de Barcelone. Mais ils aimeraient bien en savoir plus.

Comme je connais bien cette boisson et que j’ai tout ce qu’il faut pour la préparer à la maison, j’ai décidé d’organiser une dégustation en classe pour satisfaire leur curiosité et leurs neurones.

Quel est mon plan?circulo-mate

  • Je veux m’appuyer sur leur curiosité et leurs connaissances pour commencer, ça me permettra de m’adapter à leurs attentes.
  • Je veux éveiller leur imaginaire et marquer les esprits. Je vais les emmener en Argentine à la rencontre de ce Gaucho qui m’a expliqué un jour dans une foire comment préparer un maté dans les règles de l’art.
  • J’aimerais qu’ils écoutent leurs sens et qu’ils décrivent leur expérience avec des mots précis et personnels, le tout en s’amusant.
  • J’aimerais qu’ils intériorisent ce moment, qu’ils relient les mots à des sensations, la tête au corps.
  • Ensuite ils pourront partager leurs connaissances, les compléter et ils vérifieront qu’ils se sont vraiment approprier le sujet.

Découvrir le maté —> devenir un pro du Maté

Voilà donc ce que j’ai prévu de faire étape par étape:

cours-mate

  1. Que savez-vous du maté? Qu’est-ce que c’est?
  2. Le rituel : décrire chaque élément, raconter une histoire pendant que je prépare le maté.
  3. Déguster le maté selon les règles : prendre le temps de goûter, un peu de silence pour se connecter aux sens.
  4. Réaction : décrire ses sensations (en général on déteste ou on adore).
  5. Quelle type d’information avez-vous sur le maté après expérience?
  6. Mettre chaque info dans une carte et compléter individuellement.
  7. Faire des recherches sur internet pour ajouter les informations manquantes.
  8. Partager sa synthèse avec l’autre, compléter sa carte avec de nouvelles informations s’il y en a, échanger ses points de vues.

Voilà les cartes de synthèse réalisées par les élèves :

la foto-6 la foto-8

Marion Charreau

Rencontre FLE 2014 à Barcelone

La carte heuristique concrètement à quoi ça peut servir en classe ?

J’aurai le plaisir d’animer un atelier sur les cartes heuristiques les 28 et 29 novembre lors de la Rencontre FLE 2014 à Barcelone.

Voici le programme :

4 compétences, 1 outil

Lors de l’atelier on verra comment se préparer à la prise de parole et faire un exposé. On apprendra à analyser un document et à en faire la synthèse, on se préparera pour mieux capter les informations d’un document sonore. On verra comment personnaliser et adapter les activités proposées dans les livres à l’aide d’une carte.
En plus…
La carte heuristique, à quoi ça peut servir pour soi ?
Organiser son travail et son quotidien, développer sa créativité, mémoriser facilement, prendre la parole en public, trouver des solutions, piloter un projet, conduire des réunions, prendre des notes, préparer un exposé, prendre des décisions, avoir une vision globale, être plus concentré et attentif, mieux comprendre des situations complexes, structurer ses idées.
Vous avez plein de raisons de participer à l’atelier !

Un espace partenaire sera également à votre disposition pour découvrir les activités et services de Territoires des langues et M.C.Maps.com

unnamed

A bientôt!

Marion Charreau

Paris versus New York

Quand on m’a offert le livre Paris versus New York, j’ai tout de suite pensé que ce serait un excellent support pour mes cours.

Son auteur, Vahram Muratyan est un artiste qui vit entre Paris et New York.
Voici comment il décrit son livre : Un match visuel amical entre ces deux villes, c’est le regard d’un amoureux de Paris sur un New York rempli de détails, de clichés et de contradictions : suivez le guide.

Si vous voulez en avoir un aperçu, je vous conseille de visiter son blog : http://parisvsnyc.blogspot.com.es/

Ou encore de regarder cette vidéo :

 

A travers ses clichés, ses clins d’oeil, Paris versus New York nous parle de nos repères et les bouleverse parfois comme avec ces cartes dont les noms de quartier ont été échangés.

52parissurny 53nysurparis

C’est une oeuvre pleine d’humour et un excellent document pour partager ses expériences, confronter ses points de vues.

Quels sont les points communs, les oppositions ?

Et si on ajoutait une autre ville, quelle image pourrait-on dessiner?

A l’aide d’une carte comme celle-ci, on peut se préparer à faire des comparaisons et formuler des hypothèses.

PvsNY

 

Bonne balade…

 

Marion Charreau

Le futur du futur

L’infographie de David McCandless est un document original pour aborder ce sujet, d’autant plus qu’il parle de thèmes qui nous concernent tous : les technologies, la finance, l’énergie, les catastrophes, la surveillance, la politique.

futurdufutur-doc

Comment l’utiliser en classe ?

Comme promis, après vous avoir montré de belles infographies dans l’article précédent, voici quelques explications concernant l’utilisation de celle intitulée « le futur du futur ».

Analyse et compréhension :

Dans un premier temps j’ai demandé aux étudiants d’explorer le document par groupe de 2 et de discuter entre eux des différentes prédictions. Ensuite ils ont identifié celles avec lesquelles ils étaient d’accord à l’aide de couleurs (vert= oui, rouge=non par exemple) ou en les entourant.

futur4         futur3

Le travail d’analyse a été largement facilité par la nature du document qui spatialise l’information, mais aussi par la reconnaissance visuelle des éléments (avec des couleurs ou des formes). Ensemble nous avons identifié les axes suivants :

  • les technologies,
  • la robotique,
  • la conquête de l’espace,
  • la finance,
  • l’énergie,
  • les catastrophes,
  • la surveillance,
  • la politique.

Synthèse :

Ensuite, et toujours par groupe de deux, ils ont organisé toutes les informations qui leur semblaient plausibles dans une carte. Puis chaque groupe a exposé sa vision du monde de nos jours jusqu’à 2100.

Comme ils étaient bien préparés, ils ont pu confronter leurs idées et approfondir le débat à l’aide d’autres informations. Par exemple cet article sur les futurs micro-états et autres villes flottantes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Faciliter le travail collaboratif :

Ils ont utilisé la carte pour mieux comprendre, cerner et s’approprier le sujet; puis pour prendre la parole et communiquer leurs idées.
L’outil les a aussi aidé à travailler ensemble en leur fournissant un objectif et des repères communs. Nous avons fait tout ça en moins d’1h15 !

Production écrite :

Ensuite, toujours à l’aide de sa carte, chacun a pu écrire un texte sur sa vision du monde d’ici à 2100. Malgré des différences de niveau importantes dans le groupe, tout le monde a réussi à mettre en forme ses idées. Les productions ont aussi reflété des opinions variées.
Je vous laisse lire une version :

VERS OU VA L’HUMANITÉ?

Tout le monde pense au futur. D’habitude pendant notre enfance nous pensons à un futur, un futur proche. Qu’est-ce qui nous arrivera quand nous serons plus âgés ? Cette manière de penser au futur est très excitante.

Réfléchir sur ce qui va se passer beaucoup d’années ou de siècles après ta mort c’est un travail un peu bizarre car nous n’avons que notre expérience. Mais si ta professeure te propose de faire un écrit sur cette matière… d’accord, allons-y….

À mon avis en 2100 la planète Terre n’aura pas beaucoup changé mais seulement dans les grandes lignes. Pour pouvoir vivre ou survivre, la population devra diminuer, ça pourra arriver pour différentes raisons : à cause de guerres, d’épidémies ou de catastrophes, ou grâce à un contrôle très efficace de la conception. (procréation)

D’ailleurs, on a déjà quelques humains bien installés (ou pas) grâce à une de ces méthodes de diminution de la population. Tous ces gens seront gouvernés par un pouvoir mondial formé par une élite économique. Il n’y aura pas beaucoup de travail donc les machines se chargeront des métiers les plus fatigants. Socialement il y aura un contrôle très fort des mouvements de population et des ressources naturelles. L’air et l’eau potable seront des produits très prisés parce qu’à cause de la pollution on devra utiliser des gadgets dépolluants. Les aliments seront normalement faits en laboratoire avec des vitamines précises. On pourra aussi cultiver quelques légumes à la maison pour compléter ou enrichir son alimentation.

Concernant les finances, il n’y aura qu’une monnaie mais la population ne gagnera pas beaucoup, juste pour ces besoins basiques. En fait, ça a toujours été comme ça… Il y aura des différences sociales mais peut être plus extrêmes que celles que l’on connait de nos jours. Cependant les robots seront présents dans toutes les situations de notre vie. Les avoir ne sera pas le signe d’un statut économique spécial.

Les voyages interplanétaires existeront mais ne seront pas habituels. Ils seront organisés de temps en temps pour un groupe « select ».

Quand je pense au futur j’imagine un peu la vie comme dans le film Blade Runner. Une vie difficile à passer. Mais espérons que je n’aie pas raison et qu’au contraire, l’humanité soit capable d’améliorer les conditions de vie sur notre planète, au lieu de les aggraver comme elle semble le faire en ce moment.

Carmen

 

Je vous souhaite (avec un peu de retard), un très bel été.

Marion Charreau

« Information is beautiful » : Langage de l’esprit – langage de l’oeil

Ce livre est une très grande source d’inspiration, par les sujets qu’il aborde et qu’il rend compréhensibles, par sa clarté et les sensations visuelles qu’il procure et aussi par la richesse d’informations et de mots.Datavision

David McCandless a publié « Datavision », il s’agit d’un recueil d’infographies (Infografics).

Il y met des données en relation et en contexte pour aboutir à une sorte de paysage d’informations au design épuré.
Pour lui, les données sont une sorte de terreau à partir duquel peuvent « fleurir » des informations susceptibles de changer notre point de vue ou même notre comportement.

Voici quelques exemples :

Pourquoi utiliser les infographies en classe ? Parce que…

  • c’est beau et qu’on aura plaisir à y plonger son regard
  • cela apprend à analyser un document autrement
  • on a une vision synthétique d’un sujet avec tout le vocabulaire essentiel pour en parler
  • on a tout de suite la sensation de comprendre où il veut en venir, eurêka !
  • c’est un support actuel auquel on est de plus en plus exposé mais personne ne nous apprend à le lire ni à le construire…alors que :
  • la vue est le sens que nous utilisons le plus !
  • on y associe les mots et les images (voir article précédent joël Guénoun), on développe notre esprit de designer
  • le support nous encourage à reformuler verbalement de l’information visuelle, donc à faire le lien entre nos deux langages
  • enfin…parce qu’elles regorgent de surprises, d’humour et de curiosités, c’est un territoire à explorer

Le futur du futur

Dans un prochain article, je vous expliquerai comment j’ai utilisé cette infographie en classe :

futurdufutur-doc

En attendant, je vous propose d’écouter David McCandless : « Information is beautiful »

En anglais dans cette vidéo, et avec les sous-tires en français en cliquant sur le lien en-dessous.

 

http://www.ted.com/talks/david_mccandless_the_beauty_of_data_visualization#t-609737

Les sous-titres sont en français par défaut mais ils sont aussi disponibles dans 28 autres langues en cliquant sur subtitles.

 

Marion Charreau

Un projet peut en cacher un autre…

Vous l’aurez sans doute remarqué, j’ai ralenti le rythme de mes publications sur TDL. logo-03-08-mcmaps-ublightx150
Cela mérite une petite explication…

En mars dernier j’ai lancé le projet M.C.Maps à travers ma page web www.mc-maps.com

On y trouve différents services :

  • des formations au Mind mapping (dont une spécialement conçue pour les professeurs de langues) et en dessin en tant qu’outil de communication
  • des services de facilitation graphique (pour clarifier et organiser les idées des personnes en train de communiquer)
  • des services de création de supports visuels sur mesure

Le tout expliqué en espaÑol (un peu plus tard en français) et avec plein de dessins sympas.

La bonne nouvelle c’est que ça commence à décoller et que j’ai des demandes :) ,
la mauvaise c’est que j’ai moins de temps à consacrer à TDL :(

Si on ajoute à cela la fin de l’année scolaire (tout le monde veut tout tout de suite avant de partir en vacances), vous connaissez certainement le problème…

Mais !

Je ne manque pas d’idées à partager pour autant. Je les conserve précieusement dans une carte d’ailleurs…!

Les prochains sujets du blog seront donc (dans le désordre) :
  • utiliser les « infografics » comme supports pédagogiques
  • le futur du futur
  • évaluer autrement
  • Paris vs New York

En attendant je vous propose d’aller faire une petite balade sur M.C.Maps, histoire de pratiquer un peu l’espagnol aujourd’hui.

Marion Charreau

logo-03-08-mcmaps-ublightx150nedwdes-1

 

 

Joël Guénoun : les mots ont des visages

Connaissez-vous le travail de Joël Guénoun ? Designer graphique, poète, auteur de plusieurs livres.

Il a le don de transformer les mots en images et les images en mots. Regardez plutôt :

En cours, pourquoi ne pas réutiliser certaines de ses astuces ?

Par exemple, pour le public espagnol, sa manière d’écrire « elle » est particulièrement intéressante. En effet « El » en espagnol est masculin…

Avec Joël Guénoun l’écriture est un jeu de piste, on doit déchiffrer, on se pose des questions. Il nous fait réfléchir et nous émerveille en même temps. L’orthographe n’a jamais été aussi passionnant !

Voici une de ses réalisations que je préfère, très utile en cours de français :

Il s’agit d’une commande de la Délégation Générale à la Langue française. Un vrai voyage dans les langues, l’espace et le temps, le tout en musique et en mouvement. Tout pour plaire !

 

Si vous voulez en savoir plus ou faire un beau cadeau, je vous conseille ces deux livres :

  • Les mots ont des visages
  • Tout change tout le temps

Ils sont dans mes étagères et je les relie souvent…

Le Site de Joël Guénoun n’est plus accessible depuis peu (j’espère que ça ne va pas durer), mais en attendant, allez sur sa page FB, chaque mardi il y a un nouveau mot-image à découvrir ! https://www.facebook.com/joel.guenoun.3

Si cet aricle vous a plu, partagez-le !

Marion Charreau

Gérer l’imprévu : construire une carte de rappel pour s’exprimer au passé

Votre cours est préparé, vous avez tout organisé. Vous avez un super sujet à faire découvrir et vous pensez que vos élèves vont accrocher.
Oui mais voilà, au moment de commencer, vous n’avez pas forcément prévu qu’ils vous disent :

« Comment on conjugue le passé composé déjà ? »

Et oui, ils sont stressés, fatigués, les jours fériés sont passés par là, c’est lundi et il est 8h du matin…
Et bien plutôt que de s’étendre sur cette amnésie soudaine et de revenir sur des explications maintes fois répétées, profitons-en pour proposer une petite parenthèse ludique et constructive.

Construire une carte en groupe au tableau ressemble à une enquête

On rassemble les indices et les informations dont on dispose, on les relie entre elles comme un puzzle, on remet de l’ordre dans nos idées. Les explications des uns et des autres sont accompagnées d’un support visuel (la carte) que l’on construit au fur et à mesure.

Voici une reconstitution étape par étape de la construction de notre carte

Evidemment elle est le reflet de nos échanges et des besoins du groupe, elle n’est ni exhaustive ni correcte ou incorrecte.
En demandant aux élèves de prendre une photo à chaque étape importante, j’ai constaté qu’ils étaient encore plus intrigués/motivés/amusés par leur révision de grammaire… :)

sexprimeraupasse

Combien de temps pour la construire ?

10mn ?
Comme quoi, ils n’étaient pas si endormis que ça !

Et voilà, maintenant tout le monde est rassuré, l’imprévu s’est transformé en opportunité. Cette activité nous a fait du bien, on va pouvoir reprendre notre programme et avancer ensemble sur notre sujet.

Marion Charreau

 

 

 

Exercice sur les métiers : transformer un tableau en carte pour dynamiser sa pensée

Le paradoxe

metiers-tableau

« A chacun son métier » (Rond-Point 1 Edition Maison des langues)

Comment trouver des idées nouvelles quand on doit en même temps les faire rentrer dans les cases rectangulaires d’un tableau ? N’y a-t-il pas là quelque chose de paradoxal ?
D’un côté on souhaite que nos élèves soient créatifs et dynamiques en classe, que les idées fusent pour avancer tous ensemble. De l’autre, on représente les informations de manière figée et compartimentée…

La créativité

Pour générer des idées on a besoin de faire des associations dans notre tête et de libérer sa pensée. C’est une phase dite « divergente » où l’on n’a pas de souci d’ordre (pas tout de suite).
Pourquoi alors demander à nos élèves de remplir un tableau ???

Pour atteindre plus facilement l’objectif de l’exercice « A chacun son métier » : générer des idées concernant les aspects positifs et négatifs des métiers, transformons le tableau en carte !

Modifions la forme !

Il suffit de peu pour libérer la créativité. Et aussi simple que cela puisse paraître l’une des clés est dans la manière de présenter les choses. Pour travailler sur le fond, trouvons d’abord la forme adéquate !metiers copia

 

Le tableau transformé en carte heuristique

Sa morphologie vous rappelle certainement le monde du vivant (un neurone, une étoile, etc…). Elle met en valeur les associations d’idées, montre les liens logiques et permet de passer d’un sujet à un autre très rapidement (très utile si on bloque à un moment donné). On peut ajouter des informations supplémentaires en accrochant d’autres branches et on peut dessiner nos idées à l’aide de pictogrammes.

Alors bien sûr il faut le temps de la réaliser… C’est vrai, c’est un investissement supplémentaire. Mais en la construisant, on élabore sa propre pensée, on crée des liens, on accède à plus d’idées, on fait appel à sa mémoire, on se donne des repères. On est dans le vivant quoi…

C’est bien plus que de remplir des cases!

 

Aller plus loin :

On peut aussi à l’aide d’une carte se poser plus de questions sur chaque métier.

metiers-1

Exemple avec le métier de policier :

  • Quelles sont les tâches qu’il réalise ?
  • Où travaille-t-il ?
  • Quelles sont ses relations avec les autres personnes ?
  • Quelles études a-t-il fait ?
  • Quelles sont les difficultés, quels sont les avantages liés à son métier ?
  • Quelles types d’émotions doit-il gérer ?

Vous l’aurez compris, la carte heuristique est un outil très efficace pour explorer nos idées tout en se faisant plaisir :)

Marion Charreau
Si l’article vous a plu, partagez-le !

 

formation-carte-heuristique-marion-charreauProchaine formation Carte heuristique : 26 avril (9h30-18h30) à Barcelone.
Tous les renseignements sont ici.
Lire des témoignages de professeurs qui ont participé à la formation.

 

 

Les techniques de correction phonétique en carte et en vidéo

entretien verbotonale J’ai découvert la méthode Verbo-tonale grâce à Philippe Mijon. Il y a 2 ans, j’ai publié une carte à ce sujet sur le blog.

Cette année, Philippe a décidé de former son équipe de professeurs (dont j’ai la chance de faire partie :) )

Nous avons mis toutes nos connaissances en pratique lors d’un atelier où les professeurs étaient les élèves, et les élèves les « cobayes ». Philippe nous a très bien accompagnés et nous a permis d’expérimenter la méthode sans complexe.

Carte de synthèse des techniques de correction

Avant de commencer, nous avons réalisé une carte récapitulative des techniques de correction. Cela nous a permis de réactiver nos connaissances et de les organiser. Et puis, ça a fait baisser la pression aussi…:)  C’est vrai ! Il y a tellement de possibilités et de paramètres que l’on pourrait s’y perdre facilement. Mais avec la carte sous les yeux et dans notre tête, nous avions des repères forts.verbo-tonalex1000

 

Ensuite Philippe a débuté la séance pour nous mettre dans l’ambiance, puis nous nous sommes jetés à l’eau.
Voici quelques extraits vidéos enregistrés à la volée :

 

 

 

Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Philippe, c’est lui le spécialiste !

Vous y trouverez l’analyse d’une séquence de correction verbo-tonale, avec d’autres élèves.

 

Marion Charreau

 

Rencontre avec Alicia Franco, polyglotte, professeure de Fle et passionnée par son travail

Avec un grand sourire Alicia Franco vous raconte sa découverte des cartes heuristiques.

Organisation des idées pour présenter son mémoire de Master, prise de parole en public, préparation d’un cv, outil tout terrain pour donner envie d’apprendre…Voilà ce que vous trouverez dans cette vidéo.

 

 

Comme vous pourrez le constater, Alicia est aussi une artiste, voici quelques-unes de ses cartes :

Un grand merci à Alicia !

Et vous ? Voulez-vous partager ce que vous faites ? Contactez-moi !

Marion Charreau

formation-carte-heuristique-marion-charreauProchaine formation Carte heuristique : 26 avril (9h30-18h30) à Barcelone.
Tous les renseignements sont ici.
Lire des témoignages de professeurs qui ont participé à la formation.

 

 

La recette de cuisine façon Maïté et Micheline

maite-micheline2Ce que remarque les élèves tout de suite c’est le fusil posé sur la cheminée, puis le jambon qui pend sur le côté.
Beaucoup moins gracieuse que Choumicha, Maïté est tout de même un personnage très étonnant que l’on peut facilement imiter. En duo avec Micheline, c’est même plutôt comique…

 

 

 

La cuisine provençalecuisine-provencale

Afin de présenter une recette à la sauce Maïté, j’ai demandé à mes élèves de cartographier une recette de leur choix dans ce petit livre très bien fait :

Par groupes de 2, ils ont exploré le texte, posé leurs questions, ils ont comparé la recette à ce qui se faisait chez eux. Ils ont identifié les grandes étapes de la préparation.
Ensuite ils ont réorganisé l’information dans une carte en choisissant les mots les plus importants et en ajoutant des dessins personnels (pictogrammes).

 

Ratatouille et tarte au citron

L’avantage de la carte c’est que l’on conserve une vision globale de tout ce qui est nécessaire à la préparation (ustensiles, ingrédients) et on peut relier les différentes tâches entre elles. En réalisant ce travail, les élèves s’approprient la recette, la carte est l’aboutissement d’un travail de construction et le reflet de leur compréhension.

recette1recette2

Chaque groupe de 2 a présenté sa recette façon Maïté et Micheline

 

Les partitifs n’ont pas été oubliés !recette-3
C’était bien construit.
Ils ont retrouvé le vocabulaire facilement, soit dans leur tête, soit en jetant un coup d’oeil sur la carte (mais sans vraiment lire).
Ils ont reformulé les explications à leur manière.

Mais le meilleur c’était le jeu d’acteur !

L’alternance entre « Micheline » et « Maïté » était fluide car chacun pouvait visualiser la progression de la présentation à l’aide de la carte (on sait où on est, on sait où on va et comment).
Comme les élèves étaient très bien préparés (ils se sont complètement approprié le contenu de la recette), ils ont vraiment « joué à ».

Qu’est-ce qu’ils étaient drôles…!

Si vous tentez l’expérience, racontez-nous comment ça s’est passé…!

 

Marion Charreau

formation-carte-heuristique-marion-charreauProchaine formation Carte heuristique : 26 avril (9h30-18h30) à Barcelone.
Tous les renseignements sont ici.

Témoignages de professeurs qui ont participé à la formation.

 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 727 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :